70 km/h sur le périphérique parisien à partir de vendredi !

Le 10 janvier 2014, la vitesse maximum autorisée sur le boulevard Périphérique passera de 80 à 70km/h. Un changement qui aura des impacts positifs, notamment pour les riverains de cette voie très fréquentée.

A partir du vendredi 10 janvier à 5 heures, la  vitesse sera officiellement limitée à 70km/h sur le boulevard périphérique parisien contre 80km/h aujourd’hui. Le décret pris par les ministres de l’Intérieur et de l’Ecologie du Développement durable et de l’Energie a été examiné en fin d’année par le Conseil d’Etat qui a rendu un avis favorable.

Des travaux seront nécessaires afin d’adapter la signalisation à cette nouvelle règlementation. Dans les nuits du 7 au 8 janvier, puis du 8 au 9 janvier, de 21h30 à 5h, les 150 panneaux indiquant la vitesse autorisée sur le périphérique seront changés par les services de la Ville.

Depuis plusieurs années maintenant, la Ville de Paris s’était mobilisée en faveur de cette mesure. Le maire de Paris, Bertrand Delanoë avait notamment formulé une demande allant dans ce sens en juillet 2011, suite à un voeu du Conseil de Paris en juillet 2011.

En juillet 2013, alors que la Ville présentait une solution innovante d’enrobage phonique destiné à réduire les nuisances sonores sur le Périphérique, le Ministère de l’Intérieur avait fait connaître son intention de donner des suites favorables à cette demande.

L’enjeu est d’importance lorsqu’on sait que 1,3 million de véhicules empruntent chaque jour cet axe urbain qui cerne la capitale. Cette nouvelle limitation permettra de réduire la pollution, les nuisances sonores et le nombre d’accidents.

Qui décide de la vitesse sur le périphérique ?

Cette décision appartient au ministre de l’Intérieurqui prend la forme d’un décret. La vitesse sur le périphérique étant inscrite dans le Code de la route, une consultation préalable du Groupe interministériel permanent de la sécurité routière (GIPSR), a été nécessaire. Un avis favorable a été donné par ce dernier au projet de décret abaissant la vitesse à 70km/h, le 19 septembre 2013. Le décret est actuellement examiné par le Conseil d’Etat, dernière étape avant la promulgation par le ministre qui devrait intervenir au cours du mois de janvier. Manuel Valls avait déclaré y être favorable en juillet 2013.

Quel impact sur la pollution ?

La plus grande fluidité de circulation, en limitant les effets d’accélération et de décélération sur le boulevard périphérique permettra de faire baisser les polluants atmosphériques jusqu’à 5% selon des études de l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie).

Le Boulevard Périphérique contribue à lui seul à 35 % des émissions des particules fines liées au trafic routier parisien, soit 20% des émissions totales parisiennes. Il contribue à hauteur de 35 % des émissions de CO2 liées au trafic routier parisien, soit 12 % du total de la capitale. (Source : étude Airparif de juillet 2013)

Le bruit va-t-il baisser pour les 100 000 riverains du périphérique ?

Suite à cette diminution de 10km/h de la vitesse, le bruit pourrait quant à lui diminuer de 1,7 décibels pour les véhicules légers, 1,2 décibels  pour les poids lourds, ce qui équivaut à une réduction de 15 à 20 % du trafic. Les périodes creuses, quand les véhicules roulent le plus vite, sont particulièrement bruyantes. Cette réduction du niveau sonore devrait donc être particulièrement appréciable la nuit. Cet effet consitue évidemment un progrès très appréciable pour les riverains (Source : étude Bruitparif de juillet 2013 ).

Rappelons que cet été, 10 % du boulevard Périphérique ont été traité par un nouveau type derevêtement phonique qui a permis une diminution du bruit de 7 décibels, soit l’équivalent d’une division par cinq du bruit du trafic routier. Plus de 10 000 riverains du périphérique sont concernés.

Peut-on évaluer les effets de la baisse de la vitesse sur les accidents ?

L’impact de la baisse de la vitesse sur la sécurité a été évalué de nuit, quand la circulation était fluide. On estime que la diminution de 10 km/h aurait pour conséquence une baisse de 23% du nombre d’accidents et une réduction de près de 65 % du nombre de blessés graves et de tués. En 2011, 25,5 % des accidents corporels parisiens avec vitesse excessive ont eu lieu sur le périphérique. Ce pourcentage a régulièrement augmenté depuis 10 ans (+ 7 % en 2011 par rapport à 2010). En 2011, 48,4 % des accidents corporels ayant eu lieu sur le périphérique sont dus à la vitesse. (Source : Préfecture de Police 2011)

 

Le périphérique en quelques chiffres

– Plus de 100 000 habitants habitent à proximité du périphérique.

– Chaque jour, 1,3 millions de véhicules empruntent le boulevard périphérique, ce qui représente 7,7 millions de kilomètres parcourus (chiffre 2013).

– 40% de la circulation automobile de Paris concerne le boulevard périphérique, cela représente 1 à 2% du trafic national. »

Remonter