Le printemps de l’écologie

Plus que quelques dizaines d’heures avant la fin de nos campagnes municipales. Quelle que soit la stratégie que vous avez choisie localement, nous avons réussi à faire vivre l’écologie dans les villes et les villages où nous sommes de plus en plus présents. L’actualité récente, avec les pics de pollutions, démontre que les alertes – et les solutions – que les écologistes répètent depuis longtemps ont tout leur sens.

L’un des principes fondamentaux de l’écologie politique est« penser globalement, agir localement ». Et en effet, l’implantation locale de l’écologie est un maillon essentiel pour diffuser nos idées et démontrer par l’exemple et au quotidien que nos solutions fonctionnent. D’autres Partis ont fait le pari que ces campagnes municipales constituaient une campagne nationale. A l’heure où j’écris ces lignes, je pense le contraire. Alors que les crises frappent les françaises et les français, beaucoup de citoyen-ne-s attendent des politiques qu’ils répondent à la question posée par une élection.

Or, la question posée aux élections municipales est : Quelles solutions concrètes et immédiates aux problèmes du quotidien pouvez-vous m’apporter ? C’est à cette problématique précise que nous avons eu à cœur de répondre. Car je suis convaincu que nous, les écologistes, sommes au cœur de ces réponses : proximité, démocratie locale et participative, filières courtes, qualité de la vie, respect de l’environnement et de la Nature, lutte contre les pollutions et les nuisances, alimentation, éducation, culture, loisir, déplacements, services publics, lutte contre les discriminations…
Sur tous ces sujets, nous avons su apporter des réponses coordonnées et transversales autour d’un concept simple : « Vivre mieux ».

Pour ces derniers jours, je nous invite à faire preuve de la même détermination et de la même constance pour, inlassablement, répéter nos solutions et nos convictions. Les différentes études d’opinion, mais également les retours de terrain, montrent que nous avons retrouvé l’oreille de nos concitoyen-ne-s. Il ne faut plus lâcher cette écoute. Au porte à porte, dans les médias, dans les institutions et les mouvements, sur les marchés et à la sortie des écoles, nous devons continuer de convaincre.

Après le temps des municipales viendra le temps de l’Europe.
Du local au global, l’écologie est de retour.
Tout commence…

Bonne fin de campagne à toutes et tous en attendant des résultats qui, j’en ai l’intuition, créeront la surprise.

David Cormand
Secrétaire national adjoint, chargé des élections

Remonter