Les élus écologistes menacent de porter plainte contre l’Etat pour mise en danger de la vie d’autrui

Devant le énième refus de l’État de mettre en place la circulation alternée malgré le grave pic de pollution en cours, les élu/es écologistes menacent de porter plainte pour mise en danger de la vie d’autrui. Ils manifesteront le vendredi 20 mars à 13h00 devant le ministère de l’écologie

Communiqué de presse

Paris, le 19 mars 2015,

Encore une fois, nous traversons un pic de pollution insupportable pour la santé des franciliennes et des franciliens. L’Organisation Mondiale de  la Santé a acté que la pollution de l’air était cancérigène et entrainaient chaque année en France le décès prématuré de 50 000 personnes.

Les estimations basses du coût de la pollution de l’air pour l’économie française sont de 50 milliards d’euro par an.

« Cela fait une semaine que les écologistes au Conseil Régional Ile-de-France et au conseil de Paris demandent à l’État de mettre en place la circulation alternée avec la gratuité dans les transports » rappelle Christophe Najdovski.  Une mesure qui a prouvé son efficacité et que l’État vient de rejeter.

Nous demandons à l’État de prendre des décisions radicales pour sortir plus rapidement du diesel. Il n’est plus possible de subventionner les industriels automobiles qui persistent dans cette impasse.

Par ailleurs, nous demandons que dans l’urgence, la circulation alternée, la gratuité dans les transports en commun et le contournement des agglomérations pour les poids lourds deviennent automatiques à chaque pic de pollution.

« L’année dernière à la même époque, il avait fallu attendre 11 jours de pollution avant que les autorités se décident à mettre en place la circulation alternée.», rappelle Emmanuelle Cosse, « Les franciliens avaient bien accepté cette mesure et elle avait porté ses fruits ».

« C’est désespérant de constater qu’un an après l’État n’a rien fait pour améliorer la situation alors que notre coté, nous avons notamment programmé la fin des bus diésel en Ile-de-France. », ajoute Pierre Serne, Vice-Président Transport en Ile-de-France.

« C’est pourquoi, nous évaluons aujourd’hui les possibilités juridiques pour porter plainte contre l’État pour mise en danger de la vie d’autrui » conclue Mounir SATOURI, président du groupe Ecologiste au Conseil Régional Ile-de-France.

Rdv à 13h00 le vendredi 20 mars devant le Ministère de l’écologie

246 Boulevard Saint-Germain, 75007 Paris

Métro Solferino ou Rue du Bac

Articles recommandés :

Remonter