Migrants : EELV dénonce les violences et la répression

EELV dénonce les violences policières à l’encontre de migrants -ainsi qu’auprès de militants pacifistes venus en soutien- qui se sont tenues le lundi 8 juin dans l’après-midi dans le 18ème arrondissement de Paris.

Pour EELV, l’évacuation policière violente de la halle Pajol ‪bafoue le droit au respect et à la dignité. Quelques jours à peine après le démantèlement d’un camp à la Chapelle, cette nouvelle expulsion vient confirmer que les autorités s’obstinent dans une impasse en voulant répondre par la violence à l’extrême précarité et à la détresse de ces migrants. Ces expulsions à répétition et sans solution durable bafouent les valeurs de la République et le plus simple sentiment d’humanité qui doivent guider l’action publique.

Ces personnes doivent désormais être orientées vers des solutions d’hébergement d’urgence, dès ce soir, qu’ils soient éligibles ou non au droit d’asile.

Le premier ministre doit désormais accepter la proposition de quotas de migrants formulée par la commission européenne après les nombreuses tragédies qui ont secoué la Méditerranée.

Pour EELV, la volonté du Premier ministre et du ministre de l’intérieur de mettre en scène l’autorité est incompatible avec des solutions durables à la misère et la précarité.

Remonter