Retour sur le compte-rendu de mandat des élus régionaux EELV (25 novembre 2014)

Le 25 novembre 2014, les élus Europe Écologie Les Verts du Conseil Régional Île de France rencontraient les citoyens et les militants du Val de Marne pour rendre compte de leur mandat. Il y avait du beau monde avec Pierre Serne vice-président du conseil régional en charge des transports, Emmanuelle Cosse vice présidente en charge du logement (et par ailleurs secrétaire nationale d’EELV), Mounir Satouri président du groupe EELV, et 3 conseillers élus dans le Val-de-Marne, Jacques Perreux, Amigo Yonkeu et Marianne Boulc’h, cristolienne et toute nouvelle arrivante dans cette assemblée.

Ils ont succinctement présenté leur bilan. Ce jour là, Pierre Serne avait un scoop à nous annoncer, le dézonage du Pass Navigo ! Sous ce terme un peu abscon, se cache une revendication ancienne des écolos, le pass navigo à un tarif unique sur les 5 zones concentriques autour de la capitale, celui des zones1-2. Ainsi les banlieusards (zone 3 pour Créteil, par exemple) paieront au même tarif que les usagers de Paris intra-muros et pourront se déplacer autant qu’ils le veulent dans toute la région Ile-de-France. Une mesure de justice sociale défendue de longue date par EELV et qui donnera un peu de pouvoir d’achat à tous les Val de Marnais. Pierre a aussi insisté sur l’effort financier pour l’amélioration de qualité de service des bus ou sur l’aide financière aux communes pour les pistes cyclables (même si à Créteil les progrès en la matière sont peu visibles).

Emmanuel Cosse a ensuite présenté un bilan de son action en matière de logement (qui n’est pas une compétence régionale). Priorité aux logements sociaux (construction neuve et réhabilitation), aux logements étudiants avec des exigences énergétiques et environnementales fortes. Priorité également à la rénovation thermique des copropriétés, avec notamment la création de la SEM Energies Posit’IF. Mounir Satouri a insisté sur le travail de concertation avec les associations et Jacques Perreux a évoqué les efforts de la région, sous la pression écolo, pour le développement de l’agriculture bio en Île de France.

Puis la salle a soumis nos amis à un feu roulant de questions, pas toujours amicales ou bienveillantes, auxquelles ils ont répondu avec franchise et clarté.

Au total, des élus qui rendent comptent régulièrement de leurs actes devant les citoyens, qui pèsent, qui comptent dans les politiques publiques du Conseil Régional ((51 conseillers EELV contre 61 pour le PS dans cette assemblée) : deux raisons d’être fiers d’eux et donc de nous !

Par Michel Amar.

Remonter