Echos du conseil municipal du 24 juin 2013 partie #2 : non à l’extension de Créteil Soleil

Le Conseil municipal de Créteil du mois de juin a également été l’occasion de débattre de la révision du Plan Local d’Urbanisme. Le projet, arrêté par la municipalité, comprend plusieurs opérations sur lesquelles nous avons exprimé de fortes réserves. L’enquête publique qui aura lieu à l’automne devrait permettre d’organiser un large débat car c’est de l’avenir de notre ville, et de la vision d’ensemble de son développement qu’il s’agit !

Premier sujet : l’extension du Centre Commercial Créteil Soleil

Le projet de révision du PLU prévoit notamment de permettre une évolution très significative du Centre Commercial et d’accompagner son extension. Cette extension de près de 20.000 m² est pourtant actuellement stoppée par un avis défavorable de la Commission Nationale de l’Aménagement Commercial, qui a rejeté le projet de la société SOLOREC. 

Cette décision de la CNAC est édifiante, tant elle met en évidence les défauts d’un projet jugé « insuffisant », « non abouti », dont l’impact sur l’environnement immédiat n’est pas maîtrisé, alors même que la loi impose d’évaluer précisément les effets de tout projet commercial de cette ampleur, en matière d’aménagement du territoire, de développement durable et de protection des consommateurs. L’amateurisme des promoteurs du projet atteint des sommets quand on apprend que même la réglementation énergétique en vigueur (la RT2012) n’est pas respectée dans le dossier technique !

Nous avions déjà exprimé les mêmes réserves lors du débat en conseil municipal. Pour nous, plutôt que de repartir dans une course au gigantisme, avec une nouvelle extension 3 fois plus importante en nombre de m² que celle qui a déjà été réalisée en 1999 et qui se traduirait notamment par des flots de voitures supplémentaires, il faut au contraire retravailler à l’intégration du CCR actuel, qui est déjà l’un des plus grands d’Europe en site urbain, à en réduire les nuisances et les impacts sur l’environnement et la qualité de l’air.

Et ce n’est pas là une façon de s’opposer à l’activité économique ou à l’emploi, bien au contraire.

Car qui peut croire que la « course à l’échalote » que se livrent les centres commerciaux du secteur (CCR, Belle Epine, Thiais Village…) constitue un modèle viable d’avenir pour notre région ?

Qui peut laisser penser que les quelques emplois promis sont autre chose que des emplois précaires, souvent peu qualifiés, qui ne compensent pas, loin de là, les emplois détruits dans les commerces et services de proximité ?

Il est indispensable que la municipalité renonce à la position caricaturale exprimée lors du dernier conseil municipal, qui vise à opposer « économie » et « développement durable ». L’une et l’autre sont parfaitement compatibles pour peu qu’on ait une vision d’ensemble de l’avenir de notre ville, fondée sur la qualité de vie des habitants, sur le consommer « mieux » plutôt que le « consommer toujours plus », sur la sobriété plutôt que sur le gigantisme et le gaspillage !

Catherine Calmet, conseillère municipale EELV de Créteil

 

Liens recommandés :

Et aussi :

Remonter